L’histoire se répète

airfra

Air France … Sans chemise sans pantalon…

« Trou d’air » à Air France … certes, il convient de ne pas accepter la violence, mais après des milliers de suppression de postes l’on proposait un nième plan de réduction d’effectif de 2900 personnes avec sans doute un futur plan non évoqué… (Alors que la société savait d’ores et déjà que les résultats 2015 seraient pour le moins positif…)

Résultat des courses, le plan B, qui prévoyait 2.900 suppressions de postes, a été en partie abandonné. « En 2016, il y aurait 1.000 suppressions avec des départs volontaires, la partie prévue pour 2017 est annulée », selon Ronald Noirot. Et des résultats financiers (Le résultat d’exploitation de la compagnie a fini dans le vert , pour la première fois depuis 2008) comme quoi… Et s’ils n’avaient rien fait… laisser passer sans s’opposer…

Arrestation au petit matin, menottes et garde a vue pour avoir défendu son emploi

En fait les salariés d’air France n’ont fait qu’appliquer le jargon aérien. (L’humour permet d’aborder les sujets d’une façon détachée se rapporter au petit lexique pour apprécier (*).

« Mayday » « Mayday » Alpha dit « pas bravo » à Charlie.

Le branleur de manche et son âne avaient mis son George (réduction d’effectif) de poser une pétasse pour grimper aux arbres, ni une ni deux les altimètres des salariés ont atteint des sommets et sont partis en vrille… le premier nommé fit l’objet malencontreux d’un Beethoven de la part d’un Béconnard, le second nommé alla effacer la piste via le Gonfleur d’hélice

Les deux premiers nommés Marsouiner ce qui a généré le Mal pavé… Les salariés En table de bistrot qui ne souhaitaient pas être Bétonner on Casser du bois puis Démouler on voulu Décraber et ont appliquer les normes en vigueur soit Faire tomber les stérilets, Napper le client puis mis en oeuvre le process Retourner les pinceaux pour un Retour-bloc de la situation. Qui plus est Faire tabasser (se) est de culture aérienne. Ha ! ces Serveuses de oui(*)Petit lexique du jargon aéronautique

Branleur de manche : Pilote.

Âne : Copilote. (Il est dans la crèche avec le boeuf et le petit Jésus).

Georges : Pilote automatique.

Poser une pétasse : Poser une tôle de réparation ou un renfort local sur un appareil.

Grimper aux arbres : Faire monter son avion très vite.

Beethoven : faire un Beethoven. Rebondir quatre fois lors de l’atterrissage : (Pom pom pom pom).

Béconnard : Spécialiste de l’atterrissage par bonds.

Effacer la piste : Rouler sur toute la longueur de la piste avant de décoller ou après l’atterrissage.

Gonfleur d’hélice : Aide mécanicien.

Marsouiner : Voler en faisant des ondulations.

Mal pavé : Turbulences au cours d’un vol.

En table de bistrot : Virer à plat.

Bétonner : Être cloué au sol à cause d’une mauvaise météo ou d’un problème technique.

Casser du bois : Endommager l’avion, notamment à l’atterrissage.

Démouler : Renverser quelque chose.

Décraber : Rectifier ou annuler une dérive de l’appareil.

Faire tomber les stérilets : Atterrir de façon brutale.

Napper le client : Renverser de la sauce ou de la boisson sur les vêtements d’un client.

Retour-bloc : Retour au bloc de départ dû à un problème technique.

Faire tabasser (se) : Se faire secouer dans un avion lors de turbulences.

Serveuses de oui : Hôtesses (qui circulent avec un pot de thé ou de café). Parce que les pilotes à qui l’hôtesse demande « thé ou café » répondent invariablement « oui ».

Aujourd’hui, l’heure est à l’apaisement fort heureusement. C’est d’abord le changement de ton de la direction qui a désamorcé la situation. L’arrivée de Gilles Gateau, ancien conseiller social de Manuel Valls, coïncide avec un changement de méthode. En effet, en septembre 2015, la direction avait « menacé » les syndicats de suppressions de postes si le plan « Perform 2020 » n’était pas accepté. L’heure n’est plus aux ultimatums.

9 mois ferme… pour apprendre à l’ouvrir

valseHuit anciens salariés de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord ont été condamnés mardi à Amiens à 24 mois de prison dont 9 ferme pour la séquestration de deux dirigeants en 2014.

L’histoire se répèterait t-elle ?

– aout 1892, renvoi de CALVIGNAC de sa compagnie en raison d’absences du a son mandat… aout/septembre 1892 arrestation de dix mineurs responsable de la mise à sac du bureau de la direction LOUBET (président du conseil) envoi la troupe (1500 soldats) – 30 octobre CALVIGNAC est réintégré, les grévistes (à l’exception de dix condamnés) sont réembauchés,

1872 – Florent Evrard, (entre la Compagnie d’Anzin à  8 ans pour transporter les bois – Il descend à 10 ans) il est au plus fort de la grève mais les mineurs sont vaincus par la troupe. Il est licencié.

1869 – Louis dit Charles Goniaux (il travaille à 9 ans à la verrerie. Il est galibot à 12 ans aux Mines de l’Escarpelle) lors de la grève il est au premier plan – il est licencié.

1901 – Georges Dumoulin organise la grève de Courrières. Il est arrêté, emprisonné et licencié

1906 – Benoît Broutchoux tente de prendre d’assaut la Mairie de Lens alors que Clémenceau s’y trouve en. Il est arrêté et  emprisonné (C’était un anarchiste).

Il y a cent ans, un « Dreyfus ouvrier »parisien

1910 – le syndicaliste havrais Jules Durand était condamné à mort à la suite d’une machination patronale doublée d’une erreur judiciaire. Aujourd’hui oubliée, cette affaire suscita de vifs débats au sein d’une gauche française alors tiraillée entre les « renégats » du gouvernement et les tenants de la guerre sociale.

La révolte des canuts de Lyon

Le 22 novembre 1831 éclate sur la colline de la Croix-Rousse, au nord de Lyon, la révolte des canuts. Les insurgés prennent pour emblème le drapeau noir et la devise : « Vivre en travaillant ou mourir en combattant ». Le Président du Conseil Casimir Perier, par-dessus tout « soucieux d’ordre »… envoie 20.000 soldats et déclare à la Chambre des députés : « Il faut que les ouvriers sachent qu’il n’y a de remède pour eux que la patience et la résignation ».

1834, À nouveau les canuts lyonnais se soulèvent, après que des meneurs ont été traduits en justice pour avoir dénoncé des baisses de salaires et fait grève. Cette fois, ils trouvent en face d’eux le ministre de l’Intérieur Adolphe Thiers, beaucoup moins accommodant que Casimir Perier, fait donner la troupe. Celle-ci va méthodiquement reconquérir la ville. On compte environ 600 morts et 10.000 arrestations au cours de la « Sanglante semaine » du 9 au 15 avril 1834. La répression rassure les possédants sur la détermination du gouvernement à les protéger contre les « barbares des faubourgs ».

C’est un prélude à la « Semaine sanglante » de 1871 par laquelle le même Thiers mettra un terme à la commune de Paris. – Au lendemain de la commune de Paris, Adolphe THIERS télégraphie aux préfets de la nouvelle république française « le sol est jonché de leurs cadavres, ce spectacles affreux servira de leçon… »

Et oui, l’instauration de la peur peut juguler d’éventuelles velléités… Mais la répression de l’expression et la peur engendre une autre conséquence celle du rejet par le vote.

Il ne s’agit pas pour autant de donner acte à la violence. Il ne faut pas l’admettre, mais il faut la comprendre pour y répondre.

Cependant…

La dictature feutrée de la république

Du latin dictatura, magistrature exceptionnelle de la République romaine attribuant tous les pouvoirs à un seul homme pour un mandat strictement limité.

Régime politique dans lequel le pouvoir est détenu par une personne ou par un groupe de personnes

  • (junte) qui l’exercent sans contrôle, de façon autoritaire et Pouvoir absolu exercé par une personne ou un groupe dans un domaine particulier ; tyrannie.
  • La dictature est un régime politiqueautoritaire, établi et maintenu par la violence, à caractère exceptionnel et illégitime.
  • Elle surgit dans des crises sociales très graves, où elle sert soit à précipiter l’évolution en cours (dictatures révolutionnaires), soit à l’empêcher ou à la freiner (dictatures conservatrices). Il s’agit en général d’un régime très personnel.
  • Le terme dictature a pour origine la République En effet, cas de crise sérieuse, on y créait un « dictateur », magistrat investi de pouvoirs quasi absolus pour une durée limitée (six mois en principe) : ensuite on revenait à l’organisation normale des pouvoirs publics.

Ils sont autoritaires et arbitraires, c’est-à-dire qu’ils suppriment en fait les garanties de la liberté des citoyens, même s’ils continuent à les proclamer en droit …

Par extension, on parle de dictature lorsqu’on veut souligner le caractère violent ou arbitraire.

Le despotisme feutrée de la république

Régime politique dans lequel un seul homme gouverne de façon arbitraire et autoritaire.

Volonté, autorité exercée d’une façon tyrannique ; tyrannie.

L’autocratie feutrée de la république

Système politique dans lequel le pouvoir est détenu par un seul homme, qui l’exerce en maître absolu.

Démocratie (grec dêmokratia)

Système politique, forme de gouvernement dans lequel la souveraineté émane du peuple.

  • Système de rapports établis à l’intérieur d’une institution, d’un groupe, etc., où il est tenu compte, aux divers niveaux hiérarchiques, des avis de ceux qui ont à exécuter les tâches commandées.

La violence du système

Tout au long de l’histoire, il y a eu des évolutions et parfois des révolutions.

Mais ce qui caractérise notre époque c’est avant tout la violence et la brutalité des changements.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s